ONU

Intitulé code d’emploi:           Spécialiste des droits de l’homme

Département / Bureau:          Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme

Lieu d’affectation:                  GENEVA

Période de candidature:        30 avril 2020 – 13 juin 2020

Cadre organisationnel

Le poste est à pourvoir au Programme de renforcement des capacités des organes conventionnels de la Division des mécanismes relevant du Conseil des droits de l’homme et des instruments relatifs aux droits de l’homme du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH), à Genève. Le (la) titulaire est placé(e) sous la direction générale du Coordinateur (de la Coordonnatrice) du Programme de renforcement des capacités des organes conventionnels et relève du Directeur (de la Directrice) de la Division.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le (la) titulaire :

•Établit une liste de formateurs (formatrices) présentant différents profils et pouvant être déployé(e)s dans des missions d’assistance technique ; gère cette liste au quotidien et crée une communauté d’apprentissage ; veille à ce que les personnes inscrites sur la liste restent en contact et se tient en rapport avec elles, répond aux questions et facilite l’échange des enseignements tirés de l’expérience entre les personnes figurant sur la liste ; veille à ce que les formateurs (formatrices) inscrit(e)s sur la liste soient informé(e)s de l’évolution des méthodes de travail des organes conventionnels, ainsi que de la manière d’utiliser l’Index universel des droits de l’homme et la base de données des organes conventionnels ; participe à la mise à jour quotidienne des informations figurant dans l’Index universel des droits de l’homme et la base de données sur la documentation des organes conventionnels ;
•Élabore régulièrement des outils, des manuels et des supports de formation, en se fondant sur des éléments factuels découlant des travaux des organes conventionnels, des travaux de recherche solides et des bonnes pratiques, afin d’aider les États, d’autres parties prenantes et les formateurs (formatrices) inscrit(e)s sur la liste pertinente ; recherche et recueille les bonnes pratiques élaborées par les États parties pour s’acquitter des obligations qui leur incombent en vertu des instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme ;
•Organise l’aide directe à apporter aux États parties au niveau national lors de l’établissement de leurs rapports destinés aux organes conventionnels et de la mise en place de mécanismes nationaux permanents de coordination et de présentation de rapports ; choisit dans la liste pertinente les formateurs (formatrices) les mieux à même de répondre aux demandes reçues ; rédige des documents de réflexion, des comptes rendus de réunions et d’autres documents, et participe à des activités de formation si nécessaire ;
•Met en place une coopération avec les mécanismes régionaux des droits de l’homme afin de renforcer les capacités des acteurs régionaux d’assurer la formation à l’établissement de rapports destinés aux organes conventionnels ; organise des ateliers régionaux ou sous-régionaux de formation de formateurs afin que le personnel des institutions et mécanismes régionaux de défense des droits de l’homme et des fédérations régionales d’institutions nationales des droits de l’homme acquière les connaissances et les compétences nécessaires pour aider les États parties à collaborer plus activement avec les organes conventionnels ; choisit les formateurs (formatrices) et les participant(e)s ; élabore les documents et les rapports des ateliers ;
•Fournit des services consultatifs et une assistance technique aux États pour les aider à s’acquitter de leurs obligations conventionnelles, en particulier à soumettre leurs rapports initiaux et périodiques aux organes conventionnels et à élaborer ou mettre en place un mécanisme national permanent de coordination et de présentation de rapports ;
•Établit des projets de listes de points à traiter concernant les rapports que les États parties doivent soumettre aux organes conventionnels et rédige des projets d’observations finales dans le cadre de la procédure d’examen des rapports des États parties ;
•Mène des travaux de recherche sur des questions ou thèmes intéressant les organes conventionnels ;
•Veille à ce que les spécialistes du renforcement des capacités dans le domaine des droits de l’homme déployé(e)s sur le terrain au niveau régional reçoivent l’appui technique voulu ;
•Se tient en rapport avec les responsables de secteur géographique de la Division des opérations sur le terrain et de la coopération technique ;
•Contribue à l’établissement du rapport biennal du (de la) Secrétaire général(e) demandé par l’Assemblée générale dans sa résolution sur le renforcement des organes conventionnels, notamment des sections portant sur les efforts de renforcement des capacités et les résultats obtenus, ainsi que sur l’état des ratifications et l’augmentation du nombre de rapports.

Compétences

Professionnalisme : connaissance et compréhension des mandats institutionnels, des politiques et des principes directeurs relatifs aux droits de l’homme, et notamment des mécanismes des organes conventionnels des droits de l’homme de l’ONU ; bonne connaissance du droit international des droits de l’homme et des questions relatives aux droits de l’homme qui se posent dans la région considérée ; bonne connaissance des méthodes de formation et aptitude à concevoir et à diffuser du matériel pédagogique ; aptitude à cerner les problèmes, à les analyser et à contribuer à les résoudre ; aptitude à recueillir des données à l’aide de diverses méthodes ; capacité d’analyse théorique et d’évaluation permettant de mener en toute indépendance des travaux de recherche et d’analyse et, plus particulièrement, aptitude à faire preuve de discernement quant aux tâches à accomplir, à planifier son propre travail et à faire face à des priorités concurrentes. Tire fierté de son travail et de ses réalisations ; fait preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporte à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agit pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévère face aux obstacles et aux difficultés ; garde son calme dans les situations de crise. Veille à tenir compte de la question du genre dans tous les domaines et à assurer la participation égale des femmes et des hommes à toutes les activités.

Aptitude à la communication : s’exprime clairement et efficacement, tant oralement que par écrit ; écoute les autres, les comprend bien et donne suite comme il convient ; pose les questions voulues afin d’obtenir des éclaircissements et facilite le dialogue ; adapte le langage, le ton, le style et la présentation au public ciblé ; partage l’information avec tous ceux et toutes celles qu’elle intéresse et tient chacun(e) au courant.

Aptitude à planifier et à organiser : définit clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues ; hiérarchise les activités et tâches prioritaires ; modifie les priorités en fonction des besoins ; prévoit suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien ; tient compte des risques et des imprévus dans la planification ; suit l’exécution des plans et les modifie s’il y a lieu ; tire le meilleur parti du temps disponible.

Formation

Diplôme universitaire de deuxième cycle (master ou équivalent) en droit, en sciences politiques ou en relations internationales, ou dans une discipline en rapport avec les droits de l’homme. Un diplôme universitaire de premier cycle assorti de deux années supplémentaires d’une expérience pertinente peut être considéré comme un équivalent acceptable.

Expérience professionnelle

Au moins cinq années d’expérience, acquise aux niveaux national et international et à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans le domaine des droits de l’homme ou un domaine connexe, est exigée.
Une expérience acquise auprès des organes créés en vertu d’instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme ou dans le domaine du renforcement des capacités est souhaitable.
Une expérience de l’utilisation de diverses sources de recherche, dont les sources électroniques sur Internet et Intranet, et d’autres bases de données, est souhaitable.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour le poste faisant l’objet du présent avis, la maîtrise de l’anglais ou du français est indispensable, de même que la connaissance de l’autre langue. La connaissance d’autres langues officielles de l’ONU serait un atout.

Méthode d’évaluation

Les candidat(e)s qualifié(e)s pourront être invité(e)s à prendre part à une épreuve d’évaluation et à un entretien axé sur les compétences.

Pour plus d’information, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *