ONU
Intitulé code d’emploi: Spécialiste des droits de l’homme
Département / Bureau: Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme
Lieu d’affectation: NEW YORK
Période de candidature: 27 août 2020 – 10 octobre 2020
No de l’appel á candidature: 20-Human Rights Affairs-OHCHR-138876-R-New York (X)

Cadre organisationnel

Le poste est à pourvoir à la Section de la méthodologie, de l’éducation et de la formation de la Division des activités thématiques, des procédures spéciales et du droit au développement du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH). Le (la) titulaire relève du (de la) Chef de la Section.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le (la) titulaire :

•Contribue à l’élaboration de politiques, de mécanismes et de procédures visant à prévenir et à combattre l’exploitation et les atteintes sexuelles, en coordination avec d’autres départements compétents de l’ONU, en vue de garantir une démarche axée sur les droits de l’homme et les victimes ;

•Contribue en temps utile aux domaines d’activité établis par le Coordonnateur (la Coordonnatrice) spécial(e) chargé(e) d’améliorer les moyens d’action de l’ONU face à l’exploitation et aux atteintes sexuelles et le défenseur (la défenseuse) des droits des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles ; organise les consultations internes du Haut-Commissariat sur des questions pertinentes ; participe à des réunions et assure le suivi des décisions ;

•Fournit des conseils d’expert sur des questions relatives au respect de la confidentialité, à la protection des victimes et des témoins, aux enquêtes, à l’établissement des responsabilités, aux cadres juridiques pertinents et au suivi des affaires ; aide les collègues concerné(e)s à examiner et à évaluer les informations reçues sur les allégations d’exploitation et d’atteintes sexuelles visant les membres de forces internationales autres que celles des Nations Unies et leur donne des conseils à ce sujet, et fournit des directives et des conseils d’ordre méthodologique aux autres sections du HCDH, y compris aux présences sur le terrain et aux composantes Droits de l’homme des opérations de paix, ainsi qu’à d’autres acteurs de l’ONU, sur les procédures d’enquête, de signalement et de suivi en cas d’allégations de ce genre, conformément aux politiques et procédures en vigueur ;

•Assure la coordination et la liaison avec le Bureau du Coordonnateur (de la Coordonnatrice) spécial(e) chargé(e) d’améliorer les moyens d’action de l’ONU face à l’exploitation et aux atteintes sexuelles, le défenseur (la défenseuse) des droits des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles et les entités des Nations Unies compétentes ayant leur siège à New York ;

•Entretient des relations avec le Groupe de travail pour la prévention de l’exploitation et de la violence sexuelles du Comité permanent interorganisations en vue d’intégrer les droits de l’homme aux discussions et orientations du Comité ;

•Élabore des notes d’information et contribue à l’établissement de rapports, notamment en coordonnant les rapports trimestriels et annuels sur les allégations de violence sexuelle/d’exploitation et d’atteintes sexuelles visant les membres de forces internationales autres que celles des Nations Unies, examine les rapports dans lesquels figurent des informations sur l’exploitation et les atteintes sexuelles et formule des observations à ce sujet ;

•Contribue à mieux faire connaître les normes, politiques, procédures et éléments nouveaux relatifs à l’exploitation et aux atteintes sexuelles auprès des membres du personnel du HCDH au siège et sur le terrain, et veille à ce que les politiques et procédures du Haut-Commissariat en matière d’exploitation et d’atteintes sexuelles, en particulier celles relatives à la conduite des enquêtes et au signalement d’allégations, soient bien conçues et comprises de tous ; tire des enseignements des actions menées ;

•Recense les lacunes et les domaines dans lesquels il conviendrait de réviser les programmes de formation et les orientations méthodologiques, ou d’en élaborer de nouveaux, et établit des outils pédagogiques et méthodologiques, des directives et des documents de référence ;

•S’acquitte de toutes autres tâches qui pourraient lui être confiées.

Compétences

Professionnalisme : connaissance théorique et pratique d’un large éventail de questions relatives aux droits de l’homme, y compris des méthodes utilisées sur le terrain en matière de surveillance des droits de l’homme et d’établissement des faits, et du cadre juridique international ; bonne connaissance des mandats, politiques et principes directeurs institutionnels, notamment dans le cadre d’opérations de paix, et aptitude à mettre au point et à appliquer des méthodes et des techniques permettant de traiter des problèmes délicats et complexes liés aux droits des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles ; bonne connaissance des questions théoriques et pratiques relatives à la surveillance de la situation des droits de l’homme, y compris à la dénonciation de faits par les victimes et à leur protection, ainsi qu’à la prévention de l’exploitation et des atteintes sexuelles et à la lutte contre ce phénomène ; solide capacité de recherche et d’analyse et aptitude avérée à élaborer des cadres conceptuels, des outils méthodologiques et des directives ; bonne compréhension des relations internationales contemporaines ainsi que du fonctionnement des organismes des Nations Unies et des liens qui les unissent ; expérience de la collaboration avec des partenaires dans un cadre interinstitutionnel. Tire fierté de son travail et de ses réalisations ; fait preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporte à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agit pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévère face aux obstacles et aux difficultés ; garde son calme dans les situations de crise. Veille à tenir compte de la question du genre dans tous les domaines et à assurer la participation égale des femmes et des hommes à toutes les activités.

Aptitude à la communication : s’exprime clairement et efficacement, tant oralement que par écrit ; écoute les autres, les comprend bien et donne suite comme il convient ; pose les questions voulues afin d’obtenir des éclaircissements et facilite le dialogue ; adapte le langage, le ton, le style et la présentation au public ciblé ; partage l’information avec tous ceux et toutes celles qu’elle intéresse et tient chacun(e) au courant.

Esprit d’équipe : collabore avec ses collègues afin d’atteindre les objectifs de l’Organisation ; sollicite les apports, apprécie à leur juste valeur les idées et la compétence de chacun(e) et est prêt(e) à apprendre des autres ; fait passer l’intérêt de l’équipe avant son avantage personnel ; accepte les décisions finales du groupe et s’y plie, même si elles ne cadrent pas parfaitement avec sa position propre ; partage les réussites de l’équipe et assume sa part de responsabilité dans ses échecs.

Sûreté de jugement/aptitude à décider : discerne les éléments clefs dans les situations complexes et va rapidement au cœur du problème ; recueille toute l’information nécessaire avant de prendre une décision ; s’interroge sur l’incidence à la fois bénéfique et préjudiciable que les décisions peuvent avoir avant de se déterminer ; ne prend de décisions qu’après en avoir mesuré les conséquences pour autrui et pour l’Organisation ; ne propose de lignes d’action ou ne formule de recommandations qu’en toute connaissance de cause ; vérifie les hypothèses en les confrontant aux faits ; s’assure que les dispositions qu’il est envisagé de prendre répondent aux besoins explicitement ou implicitement exprimés ; sait prendre des décisions douloureuses quand les circonstances l’exigent.

Formation

Diplôme universitaire de deuxième cycle (master ou équivalent) dans le domaine du droit, des droits de l’homme, des sciences politiques ou des relations internationales, ou dans une discipline étroitement apparentée. Un diplôme universitaire de premier cycle assorti de deux années supplémentaires d’une expérience pertinente peut être considéré comme un équivalent acceptable.

Expérience professionnelle

Au moins sept (7) années d’expérience, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans le domaine des droits de l’homme, dont au moins trois (3) années au niveau international sont exigées.
Une expérience de l’établissement de documents d’orientation est exigée.
Une expérience des activités de surveillance des droits de l’homme, d’établissement des faits et d’enquête est indispensable.
Une expérience de la coopération avec des organes intergouvernementaux est souhaitable, de même qu’une expérience acquise dans une opération sur le terrain des Nations Unies.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour le poste faisant l’objet du présent avis, la maîtrise de l’anglais est indispensable. La connaissance d’une autre langue officielle de l’ONU est souhaitable.

Méthode d’évaluation

L’évaluation des candidats qualifiés pourrait inclure un exercice d’évaluation, pouvant être suivi d’un entretien d’appréciation des compétences.

Pour plus d’informations et postulez, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *