ONU
Intitulé publication:Conseiller régional hors classe (Capital naturel), P5
Intitulé code d’emploi:Conseiller interrégional
Département / Bureau:Commission économique pour l’Afrique
Lieu d’affectation:ADDIS ABABA
Période de candidature:07 décembre 2020 – 20 janvier 2021
No de l’appel á candidature:20-Economic Affairs-ECA-144886-R-Addis Ababa (O)

Cadre organisationnel

La mission de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) est de proposer des idées et des actions propices à l’avènement d’une Afrique autonome et transformée dans le cadre du Programme 2030 et de l’Agenda 2063.

La mission sera guidée par les cinq nouvelles orientations stratégiques de la CEA, à savoir : renforcer la position de la CEA en tant qu’institution du savoir de premier plan qui s’appuie sur sa position et son privilège uniques pour apporter des solutions mondiales aux problèmes du continent et apporter à ce dernier des solutions locales ; développer des options de politiques macroéconomiques et structurelles visant l’accélération de la diversification économique et de la création d’emplois ; concevoir et mettre en œuvre des modèles de financement novateurs permettant de financer les infrastructures, les ressources humaines, les ressources matérielles et les biens sociaux pour assurer la transformation de l’Afrique ; apporter des solutions aux problèmes régionaux et transfrontaliers en mettant l’accent sur les facteurs de développement importants que sont la paix, la sécurité et l’inclusion sociale ; et défendre la position de l’Afrique dans le monde en développant des réponses régionales en contribution aux questions mondiales de gouvernance.

La Division de la technologie, des changements climatiques et de la gestion des ressources naturelles est dirigée par un Directeur et rend compte au/à la Secrétaire exécutif(ve) adjoint(e) chargé(e) des programmes. La Division est chargée de soutenir la gestion efficace des ressources naturelles ; de réduire les effets négatifs des changements climatiques en privilégiant les transitions vertes et un développement résilient face au climat et en exploitant les nouvelles technologies dans le cadre du développement durable. Elle est divisée en trois sections principales : changements climatiques ; économie verte et bleue ; et technologie et innovations. La gestion des ressources naturelles est un thème transversal de la Division.

Le poste est à pourvoir à la Division de la technologie, des changements climatiques et de la gestion des ressources naturelles de la Commission économique pour l’Afrique (CEA). Le/la titulaire travaille sous la supervision directe du Directeur de la Division.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le/la titulaire s’acquitte des tâches suivantes :

•Fournir des services de conseil technique sur les politiques et les stratégies relatives à l’amélioration du capital naturel, notamment par l’analyse des politiques et la diffu-sion de cadres et de lignes directrices: •Appuyer les États membres par l’analyse des politiques et l’élaboration de cadres ap-propriés pour promouvoir le capital naturel, l’industrialisation fondée sur les res-sources naturelles en tenant compte de la durabilité environnementale, des besoins en infrastructures, des exigences en matière de création d’emplois et de la collaboration entre les secteurs public et privé ;
•Renforcer les capacités institutionnelles pour la gestion du capital naturel dans les États membres de la CEA par la conception de structures, la capacité d’évaluer les risques et les défis et de suivre et d’évaluer les résultats selon des indicateurs spéci-fiques ;
•Concevoir des cadres et des directives relatives au capital naturel dans les États membres de la CEA et leurs institutions, en établissant notamment des rapports de si-tuation et des études techniques fondés sur les travaux analytiques de la CEA ;
•Permettre aux États membres d’harmoniser leurs stratégies de gestion du capital na-turel et des ressources naturelles dans le contexte des programmes d’intégration ré-gionale et par l’identification de liens potentiels en amont et en aval et d’autres pro-cessus connexes ;
•Aider les États membres à renforcer la résilience au climat en tenant compte de la valeur de leur capital naturel dans leurs stratégies nationales de développement ;
•S’acquitter de toutes autres tâches qui pourraient lui être confiées.

Compétences

Professionnalisme : Connaissance approfondie du domaine d’activité en général et des domaines spécifiques placés sous son autorité. Aptitude à établir des rapports et documents traitant de questions techniques et à revoir et à corriger le travail d’autrui. Être capable de gérer le travail d’une équipe nécessitant une compréhension approfondie de son orientation stratégique et être capable d’intégrer les activités de la Division dans le programme de travail de la CEA. Être capable de fournir des conseils spécialisés sur des questions de fond et de défendre et d’exposer des points délicats concernant des décisions et prises de position importantes et à les justifier devant le personnel, les fonctionnaires de rang supérieur et les membres d’organes intergouvernementaux. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations ; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévérer face aux obstacles et aux difficultés ; garder son calme dans les situations de crise.

Sûreté de jugement/aptitude à décider : Discerner les éléments clefs dans les situations complexes et aller rapidement au cœur du problème ; recueillir toute l’information nécessaire avant de prendre une décision ; s’interroger sur l’incidence à la fois bénéfique et préjudiciable que les décisions peuvent avoir avant de se déterminer ; ne prendre de décisions qu’après en avoir mesuré les conséquences pour autrui et pour l’Organisation ; ne proposer de lignes d’action ou formuler de recommandations qu’en toute connaissance de cause ; vérifier les hypothèses en les confrontant aux faits ; s’assurer que les dispositions qu’il est envisagé de prendre répondent aux besoins explicitement ou implicitement exprimés ; savoir prendre des décisions douloureuses quand les circonstances l’exigent.

Qualités de chef : Servir de modèle à son entourage ; armer chacun des membres de son équipe des atouts nécessaires pour atteindre les objectifs visés ; s’employer avec dynamisme à mettre au point les stratégies opérationnelles requises ; établir et entretenir des relations très diverses afin de comprendre les besoins et de s’assurer des appuis ; prévoir les conflits et s’efforcer de les résoudre à l’amiable ; s’investir dans le changement et le progrès ; ne pas se cantonner dans le statu quo ; avoir le courage de prendre des positions impopulaires. Prendre la responsabilité de respecter les principes d’égalité des sexes et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

Esprit d’équipe : Collaborer avec ses collègues afin d’atteindre les objectifs de l’Organisation ; solliciter les apports, apprécier à leur juste valeur les idées et la compétence de chacun ; être disposé à apprendre d’autrui ; faire passer l’intérêt de l’équipe avant son avantage personnel ; accepter les décisions finales du groupe et s’y plier, même si elles ne cadrent pas parfaitement avec sa position propre ; partager les réussites de l’équipe et assumer sa part de responsabilité dans ses échecs.

Aptitude à planifier et à organiser : Définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues ; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires ; modifier les priorités en fonction des besoins ; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien ; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification ; suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu ; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

Formation

Diplôme universitaire du niveau maîtrise/master ou équivalent en économie, politiques macroéconomiques, économie de l’environnement, économie du développement ou dans une discipline apparentée est exige. Un diplôme universitaire de premier cycle assorti d’une expérience professionnelle pertinente de deux ans pourra, à défaut, être accepté.

Expérience professionnelle

Au moins dix ans d’expérience professionnelle, à des niveaux de responsabilité croissants, dans le domaine de l’économie de la gestion des ressources naturelles ou de l’économie des services liés aux écosystèmes, acquise par le biais de recherches et de la prestation de services de conseil à cet égard aux niveaux national, régional et international est exigée.
Une connaissance de l’économie africaine est souhaitable.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour le poste à pourvoir, la maîtrise de l’une de ces deux langues est exigée et la connaissance de l’autre est souhaitable. La connaissance d’une autre langue officielle de l’ONU est un atout.

Méthode d’évaluation

Les candidats qualifiés pourront être invités à participer à un exercice d’évaluation, qui sera éventuellement suivi d’un entretien axé sur les compétences.

Pour plus d’informations et postulez, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *