Titre du poste: Chargé Principal du Renforcement des Capacités Institutionnelles, RDTS

Grade: PL4

Poste N°: 50083907

Référence: ADB/20/016

Date de publication: 07-Feb-2020

Date de clôture: 20-Feb-2020

Lieu d’affectation: Abidjan, Côte d’Ivoire             

Le Poste :                                  

Sous la supervision du directeur de RDTS, la principale responsabilité du Chargé principal du renforcement des capacités institutionnelles consiste à élaborer et à mettre en œuvre des activités de renforcement des capacités internes et externes dans le cadre du programme de la Banque pour remédier à la fragilité et renforcer la résilience en Afrique. Il est également appelé à préparer des documents d’analyse, à appliquer le prisme de la fragilité, à établir des partenariats, à réaliser des activités relatives à la mobilisation des ressources et au plaidoyer.

Intégrez notre groupe Facebook 32014 en cliquant ci-dessous

 
32014 pour vous servir: Offre d'emploi, opportunité, formation, stage, …
Groupe Public · 100 membres
Rejoindre ce groupe
Groupe de partage d'information, d'offres d'emplois, d’opportunités, d'offres de formation, d'astuces, …
 

Fonctions et responsabilités

Le Chargé principal du renforcement des capacités institutionnelles travaillera en étroite collaboration avec les membres de l’équipe RDTS sur la mise en œuvre opérationnelle du programme de la Banque en matière de fragilité. Ses fonctions sont les suivantes :

Dans le cadre de l’opérationnalisation de la stratégie de la Banque pour remédier à la fragilité et renforcer la résilience, préparer, mettre en œuvre et tenir à jour un plan global de renforcement des capacités autour de l’approche opérationnelle de la Banque pour lutter contre la fragilité, de ses outils d’analyse de la fragilité, de ses instruments de financement, ainsi que de l’application du prisme de la fragilité.

En coordination avec les autorités compétentes de la Banque, élaborer une feuille de route claire et pratique pour favoriser le dialogue avec les PMR, évaluer leurs besoins en matière de renforcement des capacités et définir des points d’entrée ciblés pour renforcer la résilience des institutions grâce à des programmes de renforcement des capacités. Il s’agit notamment de renforcer les capacités des PMR, en particulier ceux qui se trouvent dans des situations de conflit et de fragilité, afin d’appliquer le prisme de la fragilité à la préparation de cadres nationaux de renforcement des capacités, de stratégies sectorielles et de plans de renforcement tenant compte de la fragilité.

Collaborer avec les communautés économiques régionales (CER) et les partenaires internationaux du développement, ainsi qu’avec les acteurs de la consolidation de la paix et de l’aide humanitaire pour mettre en place des formations communes et des plateformes d’échange d’expériences et d’informations.

Contribuer à la préparation et à la révision par les pairs des produits analytiques de RDTS, y compris les évaluations régionales et nationales de la fragilité, le rapport annuel d’évaluation de la résilience et de la fragilité des pays (CRFA), les études économiques et sectorielles, ainsi que les notes d’information.

Participer aux efforts de l’équipe RDTS pour institutionnaliser et appliquer le prisme de la fragilité par une intégration appropriée des facteurs de fragilité dans les stratégies et les opérations de la Banque. En étroite collaboration avec les principales unités de la Banque, le titulaire doit participer aux processus de préparation, d’examen par les pairs et d’évaluation de l’état de préparation des notes de diagnostic pays (CDN), des notes diagnostiques des pays, des documents de stratégie pays (CSP), des documents de stratégie d’intégration régionale (DSIR), des notes conceptuelles de projets et des rapports d’évaluation de projet.

Définir des approches permettant d’intégrer le développement institutionnel et le renforcement des capacités de manière plus complète et plus efficace dans les activités de prêt et de non-prêt de la Banque. Il s’agit notamment de l’intégration, dans les notes conceptuelles de projets et les rapports d’évaluation de projet, de composantes sensibles à la fragilité dans les projets d’investissement favorisant le dialogue stratégique et les réformes des politiques sectorielles.

Fournir des apports techniques pour améliorer la gestion du portefeuille afin d’accroître les performances des projets (annulation de projets plus anciens, amélioration de la gestion du portefeuille en consultation avec les organismes chargés de la mise en œuvre des projets, maintien d’un dialogue continu avec les gouvernements et les autres partenaires de développement, formation des unités de projet, amélioration du système d’établissement de rapports sur les projets et promotion de la bonne gouvernance, etc.)

Appuyer l’institutionnalisation de l’application du prisme de fragilité en élaborant des programmes de sensibilisation interne et de renforcement des capacités au profit du personnel opérationnel, sectoriel et régulier de la Banque. Cela comprend la mise au point de séries de formation et de modules d’accréditation pour la formation, en coordination avec les unités appropriées de la Banque.

Participer aux groupes de travail départementaux et interdépartementaux de la Banque et fournir des contributions techniques qui aident à comprendre les questions de renforcement des capacités et de développement institutionnel dans les situations fragiles.

Concevoir des approches innovantes et durables de renforcement des capacités nationales et régionales inclusives pour orienter les interventions de la Banque en matière de renforcement des capacités institutionnelles dans les situations fragiles.

Contribuer à la préparation des questions pertinentes dans les documents clés pour la mobilisation des ressources, en particulier de la Facilité de soutien à la transition pendant les discussions sur la reconstitution et la revue à mi-parcours du Fonds africain de développement (FAD), en étroite collaboration avec les unités concernées de la Banque.

Entreprendre toute autre mission et tâche demandée par le Directeur (RDTS) ou le Vice-président (RDVP). Ces missions peuvent impliquer de travailler avec des équipes ou des membres du personnel de la Banque relevant ou non de RDTS.

Critères de sélection

Y compris les qualifications, connaissances et expériences souhaitables :

  • Être titulaire au minimum d’un Master ou d’un diplôme équivalent en économie, sciences politiques, sciences sociales, relations internationales, gestion des ressources humaines, développement organisationnel, administration des affaires ou dans une discipline connexe ;
  • Justifier d’au moins six (6) ans d’expérience pertinente dans la recherche économique, la paix et la construction de l’État, la cohésion sociale, le dialogue public-privé, le conseil en gestion et d’une solide expérience dans l’élaboration de plans de renforcement des capacités et la mise en œuvre de programmes de formation ;
  • Avoir une expérience dans l’évaluation, la conception, le développement, la mise en œuvre et l’évaluation de la formation et des programmes destinés au personnel et aux fonctionnaires des PMR ;
  • Démontrer une solide compréhension de l’apprentissage des adultes et de la conception pédagogique ;
  • Avoir une très bonne connaissance des mécanismes de prestation de formation et de développement du personnel ;
  • Posséder de bonnes compétences en matière de planification et d’organisation ;
  • Avoir une bonne connaissance des opérations, des procédures et des politiques de la Banque, ainsi qu’une connaissance approfondie des questions macroéconomiques, de politique économique et de développement dans les PMR ;
  • Démontrer une capacité à mener plusieurs tâches de front et à gérer efficacement leur temps pour faire face à de multiples demandes et délais ;
  • Être capable de diriger des programmes de formation, de mobiliser des personnes-ressources, d’appliquer des approches novatrices, de travailler de manière indépendante et d’appliquer de nouvelles méthodes pour résoudre les problèmes, tout en restant efficace dans un environnement institutionnel en évolution rapide et difficile ;
  • Faire la preuve d’excellentes compétences interpersonnelles et de communication et d’une capacité manifeste à travailler de manière productive avec diverses équipes au-delà des frontières institutionnelles ;
  • Être capable de communiquer efficacement (à l’écrit et à l’oral) en anglais ou en français, de préférence avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue;
  • Maitriser l’utilisation des logiciels de Microsoft Office, et avoir une bonne connaissance de SAP.

Plus d’information par le lien ci-dessous

Postuler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *