ONU
Intitulé code d’emploi:Secrétaire exécutif
Département / Bureau:Programme des Nations Unies pour l’environnement
Lieu d’affectation:BONN
Période de candidature:23 septembre 2020 – 06 novembre 2020
No de l’appel á candidature:20-Administration-UNEP-141391-D-Bonn (X)

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) est l’autorité mondiale de premier plan en matière d’environnement, chargée de définir le programme mondial pour l’environnement, de promouvoir la mise en œuvre cohérente du volet environnement du développement durable au sein du système des Nations Unies et ayant autorité pour défendre la cause de l’environnement mondial. La Division de la science du PNUE est chargée d’analyser l’état de l’environnement mondial, de fournir des informations d’alerte rapide et d’évaluer les tendances environnementales mondiales et régionales pour favoriser et promouvoir la coopération et l’action internationales en matière d’environnement. Sous la direction générale du (de la) Directeur exécutif(ve) du PNUE/Secrétaire général(e) adjoint(e), le (la) titulaire du poste rend compte à la Plénière de la Plateforme intergouvernementale science-politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), par l’intermédiaire de son Bureau, sur des questions stratégiques, programmatiques et financières. Le poste est à pourvoir au secrétariat de l’IPBES, à Bonn (Allemagne). Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le (la) Secrétaire exécutif(ve) s’acquitte des fonctions ci-après.Responsabilités

• Diriger et gérer la mise en œuvre du programme de travail de l’IPBES tel qu’approuvé par la Plénière de l’IPBES.
• Contribuer à la formulation, à la mise en œuvre et au suivi de tous les éléments du programme de travail, des stratégies globales, des activités de mobilisation des ressources et de la gestion des relations avec les contributeurs, des budgets annuels et des politiques en participant à divers comités, en établissant des documents sur les questions stratégiques et les budgets annuels.
• Diriger l’élaboration de la documentation et des rapports sur l’exécution du budget/programme et sur les questions programmatiques/techniques, les programmes innovants et/ou de gestion du changement.
• Diriger l’établissement, l’application et le suivi des budgets et des calendriers annuels pour tous les éléments du programme de travail ; déterminer les priorités et allouer les ressources pour l’exécution des produits et leur livraison dans les délais.
• Superviser la gestion des activités entreprises par le secrétariat, dans le but de faciliter la mise en œuvre des activités programmées et des principales conclusions de l’IPBES par les membres de la Plateforme et les parties prenantes issues des communautés scientifiques, autochtones, commerciales et des parties prenantes au sens large.
• Coordonner les processus de nomination et de sélection des experts qui participeront à la préparation des produits de l’IPBES dans les différents domaines, tant au sein des organes subsidiaires, des équipes spéciales et des groupes d’experts du secrétariat et de la Plénière, qu’avec d’autres organisations du système des Nations Unies, les gouvernements, les donateurs et les organismes, s’il y a lieu.
• Encadrer et coordonner, avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et le Programme des Nations Unies pour le développement, la mise en œuvre du partenariat de collaboration, tel que prévu dans la décision IPBES-2/8.
• Coordonner l’établissement des rapports à l’intention des gouvernements et des organismes intergouvernementaux tels que la Plénière, le Bureau et le Groupe d’experts multidisciplinaire de l’IPBES. Assurer la liaison avec les organes subsidiaires compétents, les accords multilatéraux sur l’environnement concernés, les parties prenantes issues des milieux scientifiques, des populations autochtones, du monde des affaires et des parties prenantes au sens large, ainsi qu’avec d’autres organes de décision, le cas échéant, afin de favoriser la coordination et la cohérence avec les initiatives menées dans ce domaine.
• Assurer la liaison avec la Convention sur la diversité biologique et d’autres accords environnementaux multilatéraux relatifs à la biodiversité sur des questions de programme et de fond, le cas échéant, afin de garantir que les évaluations de l’IPBES soient dûment mises à jour au regard des nouvelles constatations ainsi que la cohésion avec leurs activités, s’il y a lieu.
• Veiller à ce que tous les documents et publications de l’IPBES respectent des normes de haute qualité pour assurer et défendre la crédibilité de la Plateforme ; que les rapports soient clairs, objectifs et fondés sur des données crédibles et des ouvrages ayant fait l’objet d’un examen collégial ; Vviller à ce que les documents et publications soient communiqués comme il se doit aux publics prioritaires et/ou aux parties prenantes identifiés directement par la Plénière.
• Entreprendre ou superviser les tâches programmatiques, administratives et financières nécessaires au fonctionnement du secrétariat en veillant à ce que celui-ci respecte les procédures de l’IPBES, les règles et règlements de l’ONU et les règles et procédures applicables au PNUE.
• Rendre compte à la Plénière de l’IPBES sur la collaboration avec les partenaires qui ont établi un lien institutionnel avec la Plateforme, de sorte que les partenaires coordonnent les activités voulues et coopèrent dans les domaines liés aux fonctions de la Plateforme.
• Communiquer régulièrement l’état des activités de l’IPBES aux chefs du PNUE, de la FAO, du PNUD et de l’UNESCO et, par leur intermédiaire, à leurs organes directeurs respectifs. Porter les décisions et les résolutions des organes directeurs de ces organisations qui intéressent les travaux de l’IPBES à l’attention du Bureau et de la Plénière de la Plateforme pour examen.
• Recruter les administrateurs du secrétariat en collaboration avec les chefs de secrétariat du PNUE, de l’UNESCO, de la FAO et du PNUD, en tenant dûment compte de l’équilibre géographique et de la parité femmes-hommes ainsi que des valeurs fondamentales et compétences requises par l’ONU.
• Gérer, encadrer et former le personnel placé sous sa responsabilité et en assurer le perfectionnement ; créer et assurer un environnement de travail inclusif et convivial ; encourager l’esprit d’équipe et la communication entre les membres du personnel, y compris au sein des groupes techniques au secrétariat et avec le reste de l’organisation.
• Présider des réunions, des séminaires, etc., sur des questions de fond, s’il y a lieu ; représenter le secrétariat lors de processus, réunions, séminaires et conférences internationaux, régionaux et interinstitutions ; formuler des avis sur certaines questions aux niveaux programmatique ou technique, ou animer des débats programmatiques ou techniques et organisationnels avec des représentants d’autres institutions.
• S’acquitter de toutes autres tâches connexes qui pourraient lui être confiées par la Plénière de l’IPBES, le (la) Président(e) de l’IPBES ou le (la) Directeur(trice) exécutif(ve) du PNUE.Compétences

• Professionalisme : connaître le domaine général d’activité et les domaines relevant expressément de sa compétence ; établir des rapports et des documents sur des questions techniques et revoir et adapter des documents établis par des collaborateurs ; appliquer les règles, règlements, politiques et directives de l’ONU dans des situations professionnelles ; tirer fierté de son travail et de ses réalisations ; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévérer face aux obstacles et aux difficultés ; garder son calme dans les situations de crise.
• Aptitude à planifier et à organiser : définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues ; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires ; modifier les priorités en fonction des besoins ; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien ; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification ; suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu ; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.
• Qualités de chef : servir de modèle à son entourage ; armer chacun des membres de son équipe des atouts nécessaires pour atteindre les objectifs visés ; s’employer avec dynamisme à mettre au point les stratégies opérationnelles requises ; établir et entretenir des relations très diverses afin de comprendre les besoins et de s’assurer des appuis ; prévoir les conflits et s’efforcer de les résoudre à l’amiable ; s’investir dans le changement et le progrès ; ne pas se cantonner dans le statu quo ; avoir le courage de prendre des positions impopulaires ; prendre l’initiative et la responsabilité de transversaliser la problématique femmes-hommes et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités ; faire la preuve d’une bonne connaissance des stratégies visant à équilibrer les effectifs féminins et masculins et manifester la volonté d’atteindre cet objectif ; savoir diriger la conception de programmes innovants ayant un impact important sur l’efficacité globale de l’ONU ; faire preuve de leadership intellectuel et professionnel au service de la stratégie globale, de la qualité, de l’exécution et des résultats.
• Responsabilisation des subordonné(e)s : déléguer, exposer clairement ce que l’on attend de ses collaborateur(trice)s et leur donner toute la latitude voulue ; encourager chacun à se fixer des objectifs ambitieux ; exiger de chacun qu’il réponde des résultats obtenus dans son domaine de responsabilité ; apprécier à leur juste valeur l’apport et la compétence de chacun ; témoigner de son appréciation et récompenser les résultats et l’effort ; faire participer chacun à la prise des décisions qui le concernent.
Suivi du comportement professionnel : déléguer les pouvoirs, l’autorité et la compétence requis à ses subordonné(e)s ; veiller à ce que les rôles, les responsabilités et la chaîne hiérarchique soient clairs pour tous (toutes) ; estimer avec précision le temps et les ressources nécessaires pour accomplir une tâche et tirer le meilleur parti des compétences ; suivre l’avancement du travail au regard des échéances ; s’entretenir régulièrement avec ses subordonné(e)s des résultats qu’ils (elles) obtiennent, leur faire savoir comment leur apport est perçu et leur donner les conseils nécessaires ; encourager le risque et soutenir la créativité et l’initiative ; appuyer activement les aspirations professionnelles de ses collaborateur(trice)s ; faire preuve de justice dans la notation.Formation

Diplôme universitaire du niveau du master en sciences biophysiques, économie, administration des entreprises, droit, sciences sociales ou dans une discipline apparentée. À défaut, diplôme universitaire du premier cycle assorti de deux années supplémentaires d’expérience pertinente.Expérience professionnelle

Plus de 15 ans d’expérience, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, de la gestion et de la facilitation de processus intergouvernementaux, de la gestion et de l’administration des programmes, y compris l’établissement des budgets, des programmes de travail et la gestion des ressources financières.
Expérience à un poste de supervision.
Expérience de la collaboration et de la création de partenariats avec diverses parties prenantes telles que les organismes des Nations Unies, les secrétariats d’accords multilatéraux sur l’environnement et les évaluations de l’environnement mondial, les ONG et le secteur privé.
Une expérience professionnelle avérée au sein des communautés scientifiques et d’élaboration des politiques tendant à améliorer l’interface science-politiques est souhaitable.
Une expérience de l’établissement de cadres cohérents pour guider et intégrer les services/produits finaux dans les programmes est souhaitable.Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour le poste à pourvoir, la maîtrise de l’anglais, tant à l’oral qu’à l’écrit, est exigée. La connaissance d’une autre langue officielle de l’ONU est un atout.Méthode d’évaluation

Les candidat(e)s qualifié(e)s pourront être invité(e)s à participer à une évaluation et à un entretien axé sur les compétences.

Pour plus d’informations et postulez, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.