ONU
Intitulé publication:ASSISTANT SPÉCIAL/ASSISTANTE SPÉCIALE, ADMINISTRATION, P5
Intitulé code d’emploi:SPECIAL ASSISTANT, ADMINISTRATION
Département / Bureau:Département des opérations de paix
Lieu d’affectation:NEW YORK
Période de candidature:02 décembre 2020 – 15 janvier 2021
No de l’appel á candidature:20-Administration-DPO-142906-R-New York (R)
Staffing ExerciseN/A

Cadre organisationnel

Le Département des opérations de paix assure la direction politique et exécutive des opérations de maintien de la paix de l’ONU, partout dans le monde. Il établit une relation privilégiée avec les membres du Conseil de sécurité, les pays fournissant des contingents ou des ressources financières et les parties au conflit dans chacun des pays où il est amené à intervenir pour accomplir les mandats qui lui sont confiés par le Conseil de sécurité. Il s’emploie à intégrer les efforts déployés par l’ONU, les entités gouvernementales et les organisations non gouvernementales dans le contexte des opérations de maintien de la paix. Il guide et appuie notamment l’action des contingents militaires et des forces de police, ainsi que les activités de lutte antimines dans le cadre des missions politiques et des missions de consolidation de la paix de l’ONU.

Le Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité a été créé en 2007 pour articuler plus étroitement et coordonner les activités menées par le Département dans les domaines de la police, de la justice et de l’administration pénitentiaire, de la lutte antimines et de la gestion des armes et des munitions, du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration des ex-combattants et de la réforme du secteur de la sécurité.

Le poste est à pourvoir au Bureau du Sous-Secrétaire général à l’état de droit et aux institutions chargées de la sécurité du Département des opérations de paix. L’assistant(e) spécial(e) relève directement du (de la) Sous-Secrétaire général(e).

Responsabilités

L’assistant(e) spécial(e) aide le (la) Sous-Secrétaire général(e) à suivre et conduire la gestion interne du Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité pour le compte et sous la direction du (de la ) Secrétaire général(e) adjoint(e). Le (la) titulaire aura pour principale responsabilité de veiller à la prompte application et au suivi des décisions de son (sa) supérieur(e) hiérarchique immédiat(e), le (la) Sous-Secrétaire général(e) à l’état de droit et aux institutions chargées de la sécurité. Il (elle) coordonnera les activités d’organes et de comités exécutifs, examinera et approuvera des documents de haut-niveau et organisera l’établissement et la soumission dans les délais de divers documents au sein du Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité.

L’assistant(e) spécial(e) assistera le (la) Sous-Secrétaire général(e) en contribuant à l’élaboration et à la supervision du programme de travail du Bureau, ainsi qu’à l’évaluation de son exécution, assurera la coordination du travail interne et orchestrera la communication et les flux d’information. À cet effet, il (elle) conseillera le (la) Sous-Secrétaire général(e) et fera des recommandations sur des questions de politique et sur les lignes de conduite envisageables ; rédigera des analyses et d’autres notes, selon les besoins ; élaborera des directives et des principes directeurs ; examinera les documents soumis par les entités composant le Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité et, au besoin, formulera des commentaires à l’intention du (de la) Sous-Secrétaire général(e). L’assistant(e) spécial(e) passera en revue la correspondance adressée au (à la) Sous-Secrétaire général(e), formulera les commentaires qui s’imposent, suggérera une ligne de conduite et, selon le cas, saisira directement les diverses entités du Bureau.

L’assistant(e) spécial(e) assiste le (la) Sous-Secrétaire général(e) sur des questions de gestion comme le recrutement du personnel, l’établissement et la défense des projets de budget et l’élaboration des politiques et des directives procédurales aux fins du bon fonctionnement du Bureau.

Pour le compte du (de la) Sous-Secrétaire général(e) à l’état de droit et aux institutions chargées de la sécurité, le (la) titulaire sera chargé(e) de coordonner les documents présentés et les exposés faits par le Bureau aux organes intergouvernementaux tels que le Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires, le Comité du programme et de la coordination, l’Assemblée générale et les autres organes directeurs, selon les besoins. Le (la) titulaire aura la responsabilité de s’entretenir de questions relevant du Bureau de l’état de droit et des institutions chargées de la sécurité avec les cadres et le personnel du Département des opérations de paix, du Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix et du Département de l’appui opérationnel et avec les haut(e)s fonctionnaires du Secrétariat de l’ONU, de missions et d’autres bureaux, fonds, programmes et institutions spécialisées de l’ONU, ainsi qu’avec des représentants de gouvernements et d’organisations non gouvernementales et des président(e)s et membres d’organes intergouvernementaux.

Compétences

Professionnalisme : Connaître divers aspects des opérations de paix de l’ONU. Être à même d’améliorer les procédures et les méthodes. Savoir mettre ses connaissances au service d’objectifs stratégiques, politiques et opérationnels plus vastes. Pouvoir travailler sous pression, sur des questions complexes, et en assurer la coordination. Être capable de cerner les problèmes, de formuler des avis et de dégager des conclusions et des recommandations. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations. Faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet. Apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés. Agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels. Persévérer face aux obstacles et aux difficultés. Garder son calme dans les situations de crise. Prendre la responsabilité de tenir compte des questions de genre et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

Aptitude à la communication : S’exprimer clairement et efficacement, tant oralement que par écrit. Écouter les autres, bien les comprendre et donner suite comme il convient. Poser les questions voulues afin d’obtenir des éclaircissements et faciliter le dialogue. Adapter le langage, le ton, le style et la présentation au public auquel on s’adresse. Partager l’information avec tous ceux qu’elle intéresse et tenir chacun au courant.

Aptitude à planifier et à organiser : Définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues. Hiérarchiser les activités et tâches prioritaires ; modifier les priorités en fonction des besoins. Prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien. Tenir compte des risques et des imprévus dans la planification. Suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu. Tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

Suivi du comportement professionnel : Déléguer les pouvoirs, l’autorité et la compétence requis à ses subordonnés. Veiller à ce que les rôles, les responsabilités et la chaîne hiérarchique soient clairs pour tous. Estimer avec précision le temps et les ressources nécessaires pour accomplir une tâche et tirer le meilleur parti des compétences. Suivre l’avancement du travail au regard des échéances. S’entretenir régulièrement avec ses subordonnés des résultats qu’ils obtiennent, leur faire savoir comment leur apport est perçu et leur donner les conseils nécessaires. Encourager le risque et soutenir la créativité et l’initiative. Appuyer activement les aspirations professionnelles de ses collaborateurs. Faire preuve de justice dans la notation.

Qualités de chef : Servir de modèle à son entourage. Armer chacun des membres de son équipe des atouts nécessaires pour atteindre les objectifs visés. S’employer avec dynamisme à mettre au point les stratégies opérationnelles requises. Établir et entretenir des relations très diverses afin de comprendre les besoins et de s’assurer des appuis. Prévoir les conflits et s’efforcer de les résoudre à l’amiable. S’investir dans le changement et le progrès ; ne pas se cantonner dans le statu quo. Avoir le courage de prendre des positions impopulaires.

Formation

Diplôme universitaire du niveau du master dans l’un des domaines suivants ou dans une discipline apparentée : sciences politiques, relations internationales ou droit. À défaut, diplôme universitaire du premier cycle assorti d’une expérience pertinente.

Expérience professionnelle

Au moins 10 ans d’expérience professionnelle, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans l’un des domaines suivants ou un autre domaine liée à la sécurité : politique, affaires juridiques, police, désarmement, démobilisation et réintégration. Expérience de l’élaboration de politiques et de la gestion de programmes d’opérations dans une organisation internationale ou une fonction publique équivalente.
Au moins un an d’expérience dans une opération de maintien de la paix ou une autre opération sur le terrain.
Une expérience acquise au sein de l’équipe de direction d’un fonctionnaire de rang supérieur est hautement souhaitable.Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour le poste à pourvoir, la maîtrise de l’anglais (écrit et oral) est exigée. La connaissance d’une autre langue officielle de l’ONU est un atout. La maîtrise de l’arabe est souhaitable.

Méthode d’évaluation

Les candidat(e)s qualifié(e)s pourront être invité(e)s à participer à une évaluation puis, éventuellement, à un entretien axé sur les compétences.

Pour plus d’informations et postulez, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *